«Hyperion – Higher States Part 2»

Kiriakos Hadjiioannou © BAK/Gregory Batardon
Kiriakos Hadjiioannou © BAK/Gregory Batardon
Kiriakos Hadjiioannou © BAK/Gregory Batardon

«Hyperion – Higher States Part 2» Antibodies/Kiriakos Hadjiioannou

June Johnson Dance Prize 2017

 

Après « Mysterion » (2016), « Hyperion » constitue la seconde partie de la série « Higher States » de la compagnie Antibodies, consacrée à la mutation de la conscience. La pièce, qui va être créée en novembre 2017 à la Mousonturm de Francfort, est l’œuvre de Kiriakos Hadjiioannou et Fabrice Mazliah. Tamara Bacci et Nancy Stamatopoulou participent à leurs côtés à ce spectacle minimaliste. En complicité étroite avec l’Ensemble Modern qui accompagne le spectacle, « Hyperion » qui emprunte son titre au roman épistolaire de Hölderlin de 1799, traite de la communication humaine et de la relation aux autres. La pièce se base sur la correspondance entre Hyperion et Diotima ; c’est la tentative de se faire comprendre malgré la distance et d’exprimer ses sentiments par-delà le code du langage. Ils se parlent dans une langue de leur invention, au moyen d’un code mêlant des éléments phonétiques et gestuels. La performance suit sa propre logique interne, charge au public de s’y retrouver. La série « Higher States » sera complétée de deux autres pièces : « Erotikon » en 2018 et « Pharmakon » en 2019.

 

Kiriakos Hadjiioannou, né en 1970 en Grèce, a étudié la danse à l’école nationale de danse d’Athènes, puis les sciences du théâtre avec la chorégraphie et la performance en branches principales à Giessen. Il vit aujourd’hui à Bâle. Il s’intéresse aux évolutions en cours dans les arts plastiques, du spectacle et de la performance : les problèmes de communication, les réseaux spécifiques de production et les développements dans les activités socio-culturelles. L’assistante de production Katerina Drakopoulpou et le dramaturge Bernhard Sieber font partie du noyau dur d’Antibodies.

Beate Engel, fondation Stanley Thomas Johnson :

« Une conduite du mouvement minimale et précise, le courage de la lenteur et un mélange envoûtant de danse, de musique et de costumes opulents ont caractérisé "Mysterion", le premier volet de la trilogie "Higher States" de la compagnie Antibodies. Le deuxième volet, "Hyperion", traite également de spiritualité et de communication. Hadjiioannou promène le public à travers des paysages grecs, depuis l’antiquité vue à travers le prisme du romantisme jusqu’à la crise économique actuelle. Ce faisant, il crée ses propres langages performatifs et montre comment des corps peuvent se transcender eux-mêmes : du grand art. »