«Creature»

Gábor Varga © BAK/Gregory Batardon
József Trefeli © BAK/Gregory Batardon
József Trefeli & Gábor Varga © BAK/Gregory Batardon

«Creature» József Trefeli & Gábor Varga

Création actuelle de danse

 

 

Dans «Creature» de 2015, József Trefeli et Gábor Varga analysent et réinventent les danses traditionnelles hongroises de leur enfance. Ce duo de 35 minutes prend pour point de départ des accessoires tels que des bâtons, des fouets, des masques et des costumes hors du commun, faits avec des matières recyclées. Déconstruits – reconstruits en vue d’une vie simple et dynamique, ces objets sont utilisé à d’autres fins. À partir du folklore, les deux chorégraphies créent un « faux-klore ». Le public prend place sur les quatre côtés d’une arène carrée et assiste à des dialogues rythmés, énergiques et spirituels. La langue maternelle des deux artistes, le hongrois, a son rôle dans cette recherche à la fois biographique, ethnographique et esthétique, afin de confronter l’exotisme de la danse folklorique avec le langage de la danse contemporaine et dans le même temps, d’en faire ressortir les affinités. Une pièce d’une surprenante singularité de la danse suisse actuelle, (auto)ironique, divertissante et critique.

 

Guillaume Guilherme, membre du jury :

« Creature est un spectacle belliqueux, prenant, menaçant. Deux hommes bondissants donnent la cadence au centre de l’arène et mènent le rituel. Les bâtons ne tardent pas à voltiger et les fouets – gare à vous ! – à claquer bruyamment. La puissance constante qu’ils dégagent n’est pas brutale et les épais costumes païens où ils disparaissent ne sont pas sans comique. Le mérite de la pièce tient en cette relecture innovante de la danse folklorique hongroise et par un univers épique et décalé, valoriser la ténacité. Les protagonistes captivent par leur énergie dévorante et s’en vont, laissant le public comme eux, le souffle coupé. »

József Trefeli & Gábor Varga

József Trefeli, né avec des racines hongroises en 1971 en Australie, a achevé avec un BA sa formation de danseur à l’université de Melbourne. Il est arrivé en 1996 à Genève pour danser dans l’Alias Compagnie. Pendant huit ans, il y a créé des rôles marquants avec son style très particulier, très ample. Il a aussi dansé pour d’autres compagnies suisses comme Greffe, Drift, Utilité Publique, Philippe Saire und Da Motus!, avant de fonder sa propre compagnie en 2005. Avec Gábor Varga il crée en 2011 «Jinx 103».

 

Gábor Varga, né en 1980 en Ukraine de parents hongrois, a commencé sa carrière comme danseur folklorique. Il étudie à la Talentum International School of Dance and Musical Art de Budapest de 1995 à 2000 ; il entre ensuite à l’école P.A.R.T.S à Bruxelles. Pendant cette période, il travaille avec de nombreux chorégraphes renommés comme Anne Teresa de Keersmaeker, David Zambrano, Michèle Anne De Mey, Mette Ingvartsen ou Thomas Hauert. À Genève où il vit aujourd’hui, il ne danse pas seulement dans des compagnies comme celle de Gilles Jobin, Alias et József Trefeli, mais s’engage encore en faveur de la production et de la promotion de projets artistiques.