Prix spécial de danse 2015 - Claude Ratzé/ADC Genf

Claude Ratzé ©BAK/Gregory Batardon

Claude Ratzé/ADC Genf

Prix spécial de danse 2015

Claude Ratzé, né en 1960 et diplômé de l’IES, Institut d’études sociales de Genève, dirige l’Association pour la danse contemporaine de Genève (ADC) depuis 1992, une organisation fondée dès 1986 autour de la chorégraphe Noemi Lapzeson. Organisation à vocation publique, l’ADC s’est fixé pour objectif dès ses débuts de s’engager en faveur de la danse contemporaine à Genève. Jusqu’en 1997, l’ADC a ses quartiers à la salle Patiño. Depuis 1998, les quelque 15 programmes par saison, dont quatre à cinq premières genevoises, sont donnés en 90 représentations par année dans différents lieux, comme le Théâtre du Grütli, l’Alhambra, le Théâtre du Loup ou le Bâtiment des forces motrices. Outre ses activités d’organisateurs de spectacles, l’ADC gère également trois studios de création à la Maison des arts du Grütli, publie trois fois par année le « Journal de l’ADC », dispose de son propre centre de documentation, organise des rencontres thématiques, des ateliers, la fête de la danse à Genève ou des voyages pour assister à des représentations chorégraphiques hors de Genève. 
 

Le bureau, le centre de documentation (tenus par une équipe de six personnes) ainsi qu’une salle de théâtre sont installés depuis 2004 à titre provisoire à la salle communale des Eaux-Vives; la Ville et le canton allouent une subvention annuelle fixe. Depuis 1997 ( !), l’ADC milite en faveur de la création d’une maison de la danse à Genève. Après le refus d’un premier projet en votation populaire en 2006, un « Pavillon de la danse » est en passe de se concrétiser depuis que la Ville de Genève a lancé un concours d’architecture en 2013. A l’automne 2015, le conseil municipal de Genève aura à débattre du projet lauréat présenté par le bureau ON de Lausanne, « Bombatwist » qui sera implanté sur la place Sturm. L’ADC pourrait enfin disposer à partir de 2018 d’un lieu capable de donner de la visibilité à la danse contemporaine ; ce serait ainsi rendre justice à la scène chorégraphique genevoise, depuis des années la plus vivante de Suisse et qui rayonne bien au-delà des frontières de la ville et du pays.

Bertram Müller, membre du jury :

« Pendant des décennies, Claude Ratzé a marqué la danse contemporaine en Suisse de façon exemplaire que ce soit au plan artistique, des idées et des structures. Grâce à ses connaissances étendues, son authenticité, sa rafraichissante franchise, son engagement obstiné et visionnaire, il a acquis la confiance des artistes et le respect de ses collègues suisses et internationaux. Cette reconnaissance va aussi à toute l’équipe de l’ADC. En dépit des difficultés qu’elle rencontre au niveau des finances et des espaces dont elle dispose, l’ADC travaille de manière exemplaire dans le domaine de l’organisation des événements, de la présentation et du réseautage ; elle apporte une contribution importante à la compréhension de l’art chorégraphique contemporain, grâce notamment à son journal (rédaction Anne Davier), qui paraît trois fois par année. L’ADC réussit à faire en sorte que la danse contemporaine à Genève s’attire la reconnaissance internationale.»