Performeuse exceptionnelle 2015

Simone Aughterlony

Performeuse exceptionnelle 2015

Simone Aughterlony, née en 1977 en Nouvelle-Zélande, a terminé sa formation de danseuse à la New Zealand School of Dance en 1995. Elle travaille en Europe depuis 2000 et partage sa vie entre Zurich et Berlin. Elle a débuté sa carrière comme danseuse dans la compagnie Damaged Goods de la chorégraphe américaine Meg Stuart établie à Bruxelles, par exemple dans «Alibi» et «Highway 101». Elle a entre autres collaboré avec la compagnie théâtrale Forced Entertainment, connue pour ses performances d’avant-garde, ou avec le cinéaste et metteur en scène Jorge León. Depuis 2004, Simone Aughterlony monte aussi ses propres projets où elle se met elle-même en scène, comme dans ses spectacles en solo «Public Property» (2004) et «We need to talk» (2011). A partir de 2013 elle participe à une trilogie de duos : «Show and Tell», «After Life» et «Supernatural» coproduits notamment par la Gessnerallee de Zurich et le HAU Hebbel am Ufer à Berlin et qui explorent les états existentiels du corps.

 

Le corps est le principal moyen d’expression d’Aughterlony, qui a une présence physique incomparable et exceptionnelle. Elle élargit souvent ses travaux par des textes et des concepts spatiaux particuliers. Elle voit la scène comme un lieu où se thématisent des questions et des problèmes touchant à la vie et au corps. Elle se distingue non seulement par la radicalité de ses concepts mais également par des actions qui vont jusqu’aux limites de ce qu’un corps peut faire. Dans «Supernatural», le troisième duo, retenu dans la sélection restreinte du jury du concours de la danse actuelle pour les années 2013 à 2015, Simone Aughterlony et Antonija Livingstone, corps nus, troublent le spectateur en taillant sauvagement à la hache des pièces de bois, et peut-être aussi les stéréotypes sexuels, dans une démonstration de puissance physique toute masculine.

 

Karin Hermes, membre du jury:

«Simone Aughterlony s’approprie l’espace avec jubilation et déploie des qualités de mouvements tout en contrastes où s’exprime sa puissante intelligence corporelle et la clarté du geste. Avec d’autres grands artistes d’autres disciplines, elle se lance dans des expéditions qui l’emmènent dans des territoires à risque de l’expression théâtrale. Il ne lui suffit pas de fasciner le public par sa seule présence scénique. Pour elle, danser c’est être en interaction avec le monde : cette femme courageuse, cette personnalité de la danse qui est aussi une grande performeuse contemporaine, traite avec souplesse, puissance et radicalité les questions et les problèmes actuels de la société.»